Category Archives: fr

Remettre les serveurs DNS OVH

Un de mes domaines a pour registrar OVH. J’avais indiqué que ses DNS étaient un serveur privé pendant un temps, maintenant que je désire utiliser de nouveau les DNS d’OVH je ne trouve nulle part les Serveurs DNS à utiliser. après 24h sans réponse du support je fini par faire un choix un peu dangereux (car il est possible que je coupe la reception des emails pendant la transition).

Comme il m’est impossible de savoir quel serveur parmi les nsXX.ovh.net dnsXX.ovh.net (XX = 11, 12, 13 ou 14 ….) je fini par tenter à l’aveugle  ns.ovh.net et dns.ovh.net et là miracle, OVH a remplacé automatiquement par ns13.ovh.net dns13.ovh.net.

En conclusion, ce comportement n’est expliqué nulle part dans les doc et forum.

Mais mon soucis ne s’arrête pas là. Car en fait il m’est toujours impossible de gerer la zone DNS. Seul le support technique peut réparer cela car il semble que mon domaine est dejà déclaré chez eux et changer l’hébergement en choisissant

“Activer les redirections web et email (gratuit)” me donne le résultat suivant :

Ce domaine est déjà configuré sur notre système

 

Les forum sont unanimes, seul le support peut intervenir sur ce dernier soucis.

Suis-je en 3G 900MHz ou 2100MHz ?

Sur iPhone composer le *3001#12345#* et appeler.

Choisir alors UMTS Cell Environment->UMTS RR Info
Puis regardez le champs “Downlink Frequency”.

Les fréquences indiquées sont listées sur cette page :

http://en.wikipedia.org/wiki/UMTS_frequency_bands

Mais en résumé :

* UMTS 2100 – Downlink sera entre 10562 – 10838.

* UMTS 900 – Downlink sera entre 2937 – 3088.

IPv6 Forwarding OVH

Vous arrivez peut-être sur cette page car vous galerez  à votre tour.

Le symptome :

Dès qu’on active le forwarding IPv6 sur un serveur dédié OVH on ne peut plus utiliser l’IPv6. Un ping6 indique “Network unreachable”.

Dans le fichier /etc/sysctl.conf vous avez ajouté la ligne suivante :

# Uncomment the next line to enable packet forwarding for IPv6
#  Enabling this option disables Stateless Address Autoconfiguration
#  based on Router Advertisements for this host
net.ipv6.conf.all.forwarding=1>

C’est bien indiqué : en activant cette option on perd la configuration automatique de l’ipv6 (Stateless Address Autoconfiguration).
Il faut donc indiquer votre routeur à la main dans /etc/network/interfaces (pour Debian) :

iface eth0 inet6 static
address 2001:DB8:1:52bb::1
netmask 56
up route -A inet6 add default gw 2001:DB8:1:52FF:FF:FF:FF:FF
down route -A inet6 del default gw 2001:DB8:1:52FF:FF:FF:FF:FF

Vous l’avez surement compris avec cette exemple, notre serveur est en fait sur un netmask /56 et sa gateway est basée sur l’ipv6 de votre host où vous remplacez les derniers octets ainsi:

aaaa:bbbb:cccc:ddFF:FF:FF:FF:FF

Cela me perturbait d’écrire /56 au netmask, mais OVH est formel sur cette page : http://guides.ovh.com/Ipv4Ipv6

A présent, je comprend mieux d’où viennent les erreurs kernel régulièrement affichées dans le syslog :

kernel: IPv6 addrconf: prefix with wrong length 56

IPv6 sur Dedibox v3

Comme l’explique si bien http://wiki.debian.org/DebianIPv6

“Vous ne le savez peut-être pas, mais si vous avez une adresse publique IPv4, vous avez déjà une adresse IPv6 réservée. Il existe un système de transition nommé 6to4 qui lie toute adresse IPv4 à un sous réseaux entier d’adresses IPv6”.

Donc pour toutes IPv4 aaa.bbb.ccc.ddd vous avez le sous réseau entier suivant:

2002:aaa.bbb.ccc.ddd::/48 (ce qui vous permet plus de 65000 sous réseau en /64, et de connecter des millions d’ordinateurs dans chacun).

aaa.bbb.ccc.ddd doit être converti en Hexadecimal. La commande suivante est très efficace sur Mac et Linux:
printf “2002:%02x%02x:%02x%02x::1\n” aaa bbb ccc ddd

Example : IPv4 88.34.32.76, prefix de votre réseau IPv6 2002:5822:204c::/48

Encore faut-il un minimum d’installation pour que ça marche. Un tunnel vers 192.88.99.1 qui vous assure d’être connecté au routeur le plus proche. Si votre provider ou équipe informatique a bien fait son travail.

Sur Debian, ajoutez tout simplement dans /etc/network/interfaces :

auto tun6to4
iface tun6to4 inet6 v4tunnel
address 2002:5822:204c::1
netmask 16
gateway ::192.88.99.1
endpoint any
local 88.34.32.76 #fits address

Le mode tunnel IPv6 automatique de la Time Capsule et Airport extrem doit certainement être basé là dessus. Et le firewall ipv6 intégré est plus rassurant que la Freebox.

D’après mes premiers tests sur Dedibox, le tunnel broker (Hurrican) est plus rapide que le 6to4. Mais le 6to4 est d’une simplicité bien bluffante. Et si Proxad avait choisi un routeur 192.88.99.1 dans leur locaux au lieu d’hurricane (justement 🙂 ) les résultats seraient certainement bien meilleurs que le tunnel broker.

Shanghai – J'aime pas

Shanghai : ville où la Chine investi des sommes inimaginables dans un pays occidental. Elle essai d’en faire la remplaçante de Manhattan. On peut y voir apparaitre une ligne de Metro par an (là où il faut 5ans pour une station en France). C’est aussi la ville où il y a en ce moment l’exposition universelle. Mais accrochez vous, les chinois visitent en masse et il faut faire la queue des heures pour la moindre visite. Le pavillon chinois est carrément accessible que par réservation d’avance, bien sûr plus de ticket disponibles avant des jours.

P1000333.JPG

Je commence mon voyage en Chine par Shanghai, où je rejoint Laurent qui après 2 ou 3 jours doit se joindre à mon périble de juillet. Malheureusement sa copine chinoise est quelque peu possessive et une semaine plus tard toujours rien n’a pu se faire avec son consentement. Elle fini même par quitter son stage en cours pour se joindre à nous… ce n’est qu’un exemple, mais tout au loin de mon séjour en Chine je crois constater que les femmes chinoises ont une sacrée poigne. Et que les hommes chinois s’en accommodent très bien en allant dans la rue entre eux.

P1000256.JPG

Elle reste très sympatique et d’agréable companie, mais tout de même, elle a réussi à changer tous nos plans.

Donc après une semaine à Shanghai je peux dire que je n’aime pas cette ville. Peut-être que c’est la première fois que je passe plus de 2 jours dans une grande ville lors d’un voyage, je n’ai jamais été fan du milieu citadin où les principaux passe-temps sont les bars et les centres commerciaux. Il faut donc prendre mon opinion en connaissance de cause.

Je rencontre des Européens qui l’adorent, et pour des raisons qui les feraient tout autant aimer les capitales européennes. A mes yeux, c’est une ville occidentale, tous les repères y sont :

  • métro moderne
  • centre commerciaux
  • confort moderne dans les habitats
  • types de métiers exercés
  • etc

finalement la seule différence réside dans le fait que tout est moins cher qu’en Occident et que les asiatiques ne parlent pas assez bien anglais pour nous empêcher d’emmerder le monde quand on l’a décidé. On se sent riche et puissant… le paradis des étudiants occidentaux qui ont les dents longues 🙂 surtout quand ils peuvent se payer une femme de ménage (10 yuans de l’heure, 1,13euros) se faire livrer un menu Mac Donald’s ou KFC pour 30 yuans…

Même le “vieux centre” qui possède des bâtiments très anciens a subit la restauration à la Chinoise, cela signifie que tout a l’air comme neuf :

P1000153.JPG

P1000177.JPG

Puis je n’y ai encore jamais vu une seule étoile, le ciel est toujours embrumé (pollué ?). Quand il y a le soleil, on peut le regarder en face, on voit son disque faiblard derrière les nuages. Pourtant il fait déjà si chaud et lourd…

P1000095.JPG

Il faut tout de même accorder à cette ville que les couleurs qui habillent toutes ses tours la nuit donnent vraiment une impression grandiose, mais rien à faire, c’est les restes de l’ancien Shanghai qui m’a vraiment marqué :

P1000229.JPG

Les personnes s’y lavent encore dans la rue, cela surprend au début de voir des hommes en slip dans en train de se laver à eau vive. Puis on se demande comment font les femmes… je n’en ai pas vu une seule s’y laver… ça doit encore être un exercice bien compliqué qu’elles s’imposent…

Je dois avouer que même si l’on trouve des chaines de restaurants vraiment pas cher (de bons plats à 10 yuans (1,13€) j’adore trouver ces petits commerces dans la rue où l’on peut acheter pour encore moins cher à peu près tout ce que l’on peut souhaiter manger, et malheureusement plus (je ne rentrerais pas dans le détail des choses dont j’aurais préférer ignorer la consommation, bon ok : des penis de volaille par exemple).

P1000234.JPG

Shanghai est vraiment immense, les couleurs la nuit la rende un peu irréelle, les métros très modernes nous rassurent et se joignent aux commerces pour nous donner régulièrement des bols d’air climatisé.

Heureusement j’ai rencontré un dessinateur de BD à Shanghai, il habite dans un quartier éloigné du métro et de la copie carbonne des villes occidentales. J’aime beaucoup cette zone. Je pense que si on m’obligeait à vivre à Shanghai je choisirais cette zone (proche du métro Football Stadium, si 10 min de marche peuvent être appelées “proche”). La encore on y trouve des commerces ouverts 24h/24 comme partout, mais les rues sont remplies de vélo et scooter électriques au lieu de voiture qui klaxon toutes les 2s pour rappeler qu’ici en Chine c’est la voiture qui passe et les autres s’écartent.

P1000350.JPG

Tout espoir de me civiliser n’est pas perdu, car 10 jours à Pekin (Beijing) m’ont vraiment fait aimer cette ville… à suivre dans le prochain billet.

j'ai mon Snoy Eriosscn !

P1000314.JPG

Je suis si heureux de m’être trouvé un Sony Ericson acceptant 2 cartes SIM (donc 2 numéro de téléphone) pour… 2 euros !

Ah ben non, c’est un Snoy Eriosscn… il fonctionne aussi bien, il semble costaud et j’ai pu donner mon numéro à M’man !

Ici il existe un numéro, on le dit magique, les touristes peuvent l’appeler et ils répondent à tout dans toutes les langues… difficile de se sentir perdu quand on peut tout demander, dans toutes les langues au téléphone, souvenez-vous : 962288

Dans mon cas, j’ai demandé où acheter un abonnement 3G pour mon ordinateur, ils m’ont donné l’adresse et étaient prêts à m’appeler le Taxi. Seul soucis : le magasin allait fermer dans 5min, à moins qu’ils puissent fournir Super Man comme taxi c’était foutu… Pas si magique que ça.

Pour l’abonnement, ça m’en a couté 180 yuan (21euros) pour une carte de rechargement, et Laurent dit l’utiliser sans retenue pendant 1 mois, et envoyer même des SMS en France avec.

Pourquoi se priver ?

En parlant de se priver : quel plaisir de retrouver les petits commerces qui vous vendent d’excellents repas pour moins cher qu’un billet de métro Parisien !

P1000234.JPG

P1000239.JPG

P1000284.JPG

Il y a même l’animation assuré par un maitre des parapluies… à qui le Papa a donné de la bierre 🙂

Ca nous aura permis de nous remettre des nos émotions de l’après midi :

P1000209.JPG

P1000222.JPG

Nous avons fait un tour au marché des animaux. Il y avait de si beaux chatons, chiots, bébés rongeurs de toutes sortes (même protégées), et de moins beaux insectes, araignées, vers… Comme toujours dans ces marchés Asiatiques, nous sommes partagés entre émerveillement et effarement.

P1000305.JPG

Ici c’est une boule de thé, qui se déploie une fois dans l’eau chaude pour donner un beau verre orné d’une plante, le gout du thé y est très bon malgré le coté gadget.

débuts prometteurs photos

A l’arrivé à Shanghai, (enfin !) la douane m’informe que je ne peux pas passer, je ne ressemble pas assez à la photo de mon passeport 🙂 heureusement pour un plus gradé je suis bien la personne de la photo… il s’en est fallu de peu…


P1000088.JPG

L’aéroport de Shanghai est désert quand Laurent vient enfin me chercher à …. 2h30 du matin… ma carte bancaire bloquée et la 2e carte si bien cachée dans mon sac que je ne la trouvais pas… un chinois m’a permis d’appeler contre un billet d’un dollar américain que j’avais sur moi…

P1000092.JPG

Donc voici la vue du balcon de Laurent une fois que je lui ai gentillement rappelé que c’était le 2 juillet que j’arrivais et non pas le 3 🙂

P1000100.JPG


P1000102.JPG

Nous visitons les petits amas de vieilles habitations qui ne vont pas tarder à finir comme les autres… remplacées par des constructions d’immenses building, parfois détruits aussi tôt pour participer à l’augmentation artificielle du taux de croissance (oui oui, ils construisent et détruisent des immeubles juste pour gonfler les chiffres de la croissance ! sacrés chinois).

En tous les cas, l’hygiène semble vraiment déplorable dans ces lieux, ce n’est peut-être donc pas si mauvais.

P1000111.JPG

En rentrant chez Laurent il m’explique que dans la région le 3e étage n’existe pas, car cela porte malheur 🙂

GPS Panasonic en Chine

C’est tout fier de la fonction GPS de mon Appareil Photo Numérique Panasonic TZ10 que j’arrive en chine et tente d’en faire la démonstration à mes amis.

En théorie (et ça fonctionnait) on ne voit aucune différence tant qu’on est pas sur son ordinateur, mais une fois qu’on a récupéré les photos, on peut voir dans les propriétés du fichier (exif) la longitude et la latitude, ainsi que le nom en clair de la ville où l’on se trouve. Ca fonctionne parfaitement avec Picasa ou iPhoto par exemple qui nous montrent avec un belle punaise sur google maps où a été prise la photo.

Mais voilà, la Chine etant la Chine, la fonction est désactivée dans ce seul et unique pays comme un astérisque le précise en tout petit dans le site de samsung.

“The GPS function is not available in China”.

“La fonction GPS n’est pas disponible en chine”.

Il faut dire que j’ai mis beaucoup de temps à comprendre car il n’y a pas la place sur l’appareil pour écrire “en chine”…. je l’ai trouvé dans les fonctions avancées.

Debuts prometteurs

Apres avoir oublié d’imprimer mon billet de train (vive l’ipad qui m’a permis de le prendre tout de meme) apres avoir bloqué ma master card en achetant un café a Dubai (heureusement que j’ai 2 carte en gaston lagaffe qui s’assume), apres que Laurent m’ait oublié à l’aeroport de shanghai… Me voila arrivé 🙂